Être  accompagné autrement 

Atelier d’acculturation digitale & soft skills

Dis le moi et j’oublierai. Montre moi et je m’en souviendrai. Implique moi et je comprendrai. Benjamin Franklin

Un atelier basé sur 3 piliers qui peut être customisé en fonction de vos besoins et celui de vos collaborateurs.

COMPRENDRE 
APPRENDRE
ENTREPRENDRE 

Qu’est ce que l’acculturation digitale ?

L’acculturation est « l’adaptation d’un individu ou d’un groupe à la culture environnante » selon le Larousse. En entreprise et s’agissant de la transformation digitale, cela passe par 3 dimensions incontournables et complémentaires : sensibiliser, informer et former.

Le Cabinet Kintsu ajoute une autre dimension : celle de RÉUNIR ! Réunir  les différentes générations autour d’un sujet aussi capital pour la performance de l’entreprise et le bien-être des collaborateurs. Prendre le virage numérique pour gagner en performance, rester compétitif et assurer sa survie. Développer le bien être des collaborateurs qui sont déstabilisés par l’ensemble des changements que suppose la transformation digitale.

Pourquoi l’acculturation digitale ?

Aujourd’hui, les entreprises ont tendance à “empiler” des outils digitaux ayant pour objectif de faire travailler plus efficacement leurs équipes et d’accélérer le partage de connaissances. Or, ces nouveaux outils ne suffisent pas à inculquer les nouveaux usages.

Pour s’assurer que les collaborateurs comprennent, adhèrent et adoptent le plan de transformation, il est essentiel de les placer au cœur du processus de changement. Celui-ci passe inévitablement par une étape d’information et de formation. Pas de changement des usages en entreprise sans changement des mentalités. 9 salariés sur 10 perçoivent la transformation digitale comme une opportunité, pourtant seuls 27% des salariés se sentent tout à fait à l’aise avec les nouvelles pratiques digitales.

L’acculturation digitale : pour qui ?

Trois générations différentes au sein de l’entreprise : une force pour co-construire. La génération Z pour suivre la logique X,Y est aussi appelée la génération C pour « Communication », « Collaboration », « Connexion » et « Créativité » ou encore la génération « silencieuse » ou « Emos » pour émotionnels. Ce sont les jeunes nés peu avant 2000. Certains débutent en entreprise en stage, les autres vont suivre au fil des années. Ce sont les successeurs des Y et les enfants des X. Actuellement, ces trois générations co-existent et collaborent dans l’entreprise. S’agissant du travail, du mode de pensée, d’organisation, de fonctionnement, chaque génération a ses spécificités et ses atouts. L’idée est que chaque personne, quel que soit son âge, comprenne qu’elle a un rôle à jouer. Ce n’est pas un handicap de ne pas faire partie de la génération Y. En revanche, on se doit d’avoir une culture Y : savoir s’adapter à ce monde qui est en mouvement permanent n’est pas une question d’âge, mais une façon d’être. D’où la création sur mesure de nos ateliers #SoftSkills.    

Pour co-construire, transmettre, oeuvrer ensemble, mieux vivre ensemble dans le but de servir les intérêts de l’entreprise mais aussi les besoins individuels, il convient de revoir certains éléments fondamentaux bien trop ancrés dans nos esprits, dans notre société moderne. L’idée est de s’en défaire doucement mais sûrement pour voir, penser et travailler autrement. Atténuer les résistances, s’ouvrir l’esprit en apprenant, en communiquant, en élaborant ensemble pour laisser plus de place à la création de nouveaux modèles. 

L’acculturation digitale  : comment s’y prendre ?

sensibiliser les collaborateurs à la culture digitale,

engager les collaborateurs dans le processus de transformation,

favoriser l’appropriation des nouveaux outils digitaux et leur adoption progressive,

 lever les barrières individuelles ou collectives liées au digital en entreprise, alors qu’il est déjà très présent dans leur vie personnelle (l’utilisation du smartphone notamment).

Ici, on ne réunit pas les seniors pour étudier la génération Y comme des bêtes curieuses. Nous incitons à ne pas avoir peur de l’autre, à ne pas avoir peur de l’échec, à ne pas avoir peur pour sa carrière. Il faut oser, et parfois oser dire que l’on ne sait pas où que l’on ne comprend pas : nous voulons inspirer pour transformer. Les collaborateurs repartiront avec une idée forte et nouvelle, celle qu’une situation bloquante ne nous transforme pas forcément en victime, nous somme partie prenante de la situation !

Concrètement, il s’agira d’utiliser l’art du storytelling pour captiver, la ludo-pédagogie pour apprendre par le jeu, les tests, les quizz, de faire preuve d’un ton décalé et décomplexé en reprenant les codes du web pour ancrer les messages. Bien entendu, des techniques issues du coaching se glissent dans cet atelier pour installer un climat de confiance, une bienveillance à l’égard de tous, favoriser la communication, développer l’écoute et encourager le partage d’expériences et de pratiques.