Bonne nouvelle !!! Les softs skills sont déjà présentes en nous, de manière consciente ou inconsciente. Elles sont à cultiver comme une graine que l’on plante et que l’on arrose tous les jours pour la voir fleurir.

Complémentaires aux hard skills, les softs skills sont transversales et liées entre elles. Il n’existe pas de liste standard répertoriant les soft skills. En revanche, l’Institute for the future (IFTF) a mené une étude qui fait la lumière sur les 10 compétences clés dont nous aurons besoin d’ici 2020. Autrement dit, dès à présent !

Nous vous les livrons ici, et vous pouvez aussi télécharger le rapport complet  :

  • Sense-making : capacité à déterminer le sens profond de ce qui est exprimé.
  • Social intelligence : capacité à se connecter aux autres de façon profonde et directe, capacité à développer une réelle empathie favorisant la compréhension des réactions des autres et créer de véritables interactions.
  • Novel & adaptative thinking : capacité à penser et capacité à trouver des solutions / réponses au-delà de ce qui est appris par cœur ou basé sur des règles –> il s’agit là de l’art de penser « out of the box » (hors des sentiers battus).
  • Cross-cultural competency : capacité à travailler dans différents milieux culturels.
  • Computational thinking : capacité à absorber et traduire une importante somme de données pour la transformer en informations claires et compréhensibles.
  • New-media literacy : capacité à être agile et habile avec les nouveaux médias sociaux pour influencer son public.
  • Transdisciplinarity : capacité à développer une pensée systémique (globale).
  • Design mindset : capacité à représenter en schémas simples des travaux complexes.
  • Cognitive load management : capacité à développer ses facultés cognitives afin d’augmenter sa productivité.
  • Virtual collaboration : capacité à travailler de façon productive à distance dans des univers virtuels.

Faisant écho à celles répertoriées par l’Institute for the future, les auteurs de l’ouvrage Réflexe Soft Skills, propose 15 soft skills à maitriser en entreprise  :

  • La résolution de problèmes
    « Dans un contexte de changement, les salariés doivent être orientés solution » selon Jérôme Hoarau. « Ils doivent être en mesure d’améliorer une situation ». De son côté, Julien Bouret parle de « prise de décision » : « Avec quelle décision est-on le plus à l’aise ? Si l’on assume une décision, on aura beaucoup plus de facilité à mener un projet, à emmener des gens avec soi. »
  • La confiance
    « C’est à la fois la confiance en soi, pour faire face, mais aussi la confiance aux autres et la confiance en l’avenir », résume Jérôme Hoarau. Pour Julien Bouret, il est indispensable qu’un manager fasse confiance en impliquant ses équipes. « Les gens auront alors le sentiment d’être reconnus, d’avoir de la valeur », ajoute-t-il.
  • L’intelligence émotionnelle
    Plus qu’un terme à la mode, l’intelligence émotionnelle ou la gestion des émotions, est le fait de « partir du postulat qu’il est possible de prendre du recul et identifier ses émotions et celles des autres afin de ne plus les subir », explique Julien Bouret.
  • L’empathie
    Très liée à la compétence précédente, l’empathie est le fait de « comprendre la réalité de l’autre », pour Jérôme Hoarau et Julien Bouret.
  • La communication
    Pour faire passer le message que l’on souhaite faire passer, il faut « être précis, concis, clair », selon Jérôme Hoarau.
  • La gestion du temps
    Mal de notre époque, le temps. « On court beaucoup, on a du mal à s’organiser », souligne Julien Bouret. Selon lui, « ce n’est pas au temps de nous gérer, mais à nous de gérer le temps ». Pour cela, il propose de « ne pas multiplier les tâches, ne pas subir le quotidien, et d’identifier les éléments qui font perdre du temps ».
  • La gestion du stress
    Julien Bouret insiste : « Il n’y a pas de bon stress, sauf si celui-ci est ponctuel ». 
  • La créativité
    « Il s’agit surtout de créer des connections entre les choses, les idées, les gens, affirme Jérôme Hoarau. Cela permet de faire émerger des innovations ».
  • L’esprit d’entreprendre
    Pour Jérôme Hoarau, l’esprit d’entreprendre serait en tête de sa liste. « Car il implique d’être proactif, audacieux. C’est être dans une dynamique positive et être orienté solution plutôt que de râler. »
  • L’audace
    « Il s’agit de la capacité à oser, selon Julien Bouret. L’audace est le fait de tenter quelque chose de nouveau, proposer des idées nouvelles ».
  • La motivation
    « C’est à la fois trouver de la motivation, mais aussi donner de la motivation », précise Julien Bouret. Pour se motiver, il faut donc « donner un sens au delà de la tâche à effectuer ». 
  • Vision, visualisation
    Pour Jérôme Hoarau, la vision, c’est « la capacité à voir le chemin pour arriver à l’objectif ». « Il y a une notion de zoom et dézoom pour voir l’ensemble, mais aussi le particulier », poursuit-il.
  • La présence
    « On passe un temps fou perdu dans nos pensées, ce qui est parfois important, mais il faut savoir être présent physiquement et mentalement », indique Julien Bouret.
  • Le sens du collectif
    « Penser à plusieurs est souvent plus puissant que de penser seul » puis il poursuit « vous avez toujours le choix de d’oeuvrer en solitaire ou de façon collective. L’idée n’est pas de ici de réaliser  absolument votre tâche de façon collective, mais de garder en tête cette possibilité. »
  • La curiosité
    « Elle permet à la fois d’apprendre de nouvelles choses, mais aussi d’apprendre des autres et de soi ». Notion très liée  au fait « d’apprendre à apprendre », selon Jérôme Hoarau.

Alors, reconnaissez vous des soft skills que vous possédez déjà ? Et celles que vous devez développer pour faire face à vos nouveaux enjeux professionnels ?

Comme le rappelle Kai Fu Lee, investisseur américain en capital risque, cadre dans le secteur des technologies, écrivain et chercheur en informatique, l’intelligence artificielle pourrait remplacer 40% des métiers d’ici 15 ans mais pas l’empathie, ni l’imagination. Elle ne pourra pas remplir le rôle de leader. Pour cause, il lui manque une qualité essentielle propre à l’humain : l’émotion. Sans empathie ni imagination, l’intelligence artificielle est incapable de stimuler le travail d’équipe, de faire preuve de passion, ou d’inspirer la confiance. Ce sont des qualités proprement humaines ! Il ne tient qu’à nous de les développer, de les aiguiser, de les exploiter, de les mettre au service du monde de l’entreprise et du monde tout court.

L’imagination et l’empathie seront donc les clés pour survivre aux grands changements du XXIème siècle. Laissons donc les machines être des machines, et faire en sorte que les humains restent des humains.

Pourquoi est-ce essentiel de développer vos soft skills ?

Comment développer vos soft skills ?

Pour en savoir plus sur nos ateliers Soft Skills

Menu