Il me semblait intéressant d’écrire quelques lignes pour vous éclairer sur les raisons qui peuvent être à l’origine d’un coaching. 

Bien entendu, à la base, il y a des raisons professionnelles pour gagner en efficacité et performance dans l’entreprise, que vous connaissez déjà peut être : coaching de prise de poste, coaching de gestion du temps, du stress… mais également des raisons plus personnelles qui influent sur la confiance, l’équilibre pro/perso… 

Je ne suis pas entièrement satisfaite de cette énumération car là n’est pas le coeur du sujet. 

La vraie raison qui pousse à débuter un coaching, celle dont on ne parle pas officiellement, celle qui n’est pas écrite dans le contrat de coaching signé par le DRH, est la volonté de travailler sur soi.Volonté consciente ou inconsciente. En effet, sous couvert de conflits relationnels au travail ou autre objectif directement en lien avec le milieu professionnel, réside dans (presque) 100% des cas, un terrain personnel à exploiter. Je dis bien « à exploiter ». Le coaching ne règle rien en profondeur, ce n’est pas une thérapie au long cours. 

En revanche, le coaching offre un miroir par l’intermédiaire du coach, il aide à prendre conscience d’éléments personnels qui freinent l’envolée, le développement professionnel. C’est ici que règne l’efficacité du coaching, c’est précisément ici que vous verrez des résultats matérialisés par l’atteinte de vos objectifs. 

Comme je vous le disais, le coaching tout comme le Kintsugi est un art ancestralCe n’est donc pas moi, en 2019, qui vais ré-inventer la poudre en vous expliquant l’importance du coaching dans vos vies, professionnelle ou personnelle. Des grands de ce monde en ont très bien parlé, je ne ferai pas mieux, ils expriment parfaitement l’essence même du coaching.  

« Si tu veux des résultats dans l’année, sème des graines. Si tu veux des résultats pendant 10 ans, plante un arbre. Si tu veux des résultats qui durent toute une vie, développe les hommes »Publilius Syrus.

Cinquante ans avant JC, on parlait déjà de « développer les hommes ».  Aujourd’hui, on parle de « développement personnel », démarche issue de la psychologie humaniste qui vit son essor aux USA dans les années 50/60 et en Europe dans les année 60/70. Le développement personnel est un capital invisible qui contribue à élever les hommes, c’est un patrimoine que nul ne peut lui retirer. 

« Si vous traitez un individu comme il est, il restera ce qu’il est. Mais si vous le traitez comme s’il était ce qu’il doit et peut devenir, alors il deviendra ce qu’il peut devenir » Goethe.

Le coach est résolument positif. Il a la croyance que c’est en regardant positivement son coaché que le processus d’accompagnement portera ses fruits. Le coaché peut se présenter avec une problématique en apparence insoluble, le coach ne verra son coaché que dans la meilleure version de lui même. C’est son état d’esprit.

« Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais d’un pas ferme »Saint augustin.

Belle métaphore pour évoquer le travail que procure le coaching. Le coaching vient questionner votre lien avec la problématique, celle que l’on peut aussi appeler « l’épine dans le pied » pour que vous boitiez le moins possible. De plus, il questionne votre chemin « le bon – le mauvais » en fonction de vos attentes et de vos besoins. Le coaching vous fait progresser sur le chemin qui vous ressemble, celui qui est bon pour vous, car c’est celui que vous choisissez en conscience. C’est celui qui vous fait du bien, qui répond à vos aspirations, à vos ambitions, à votre quête du bonheur.

« Il faut d’abord savoir ce que l’on veut, il faut ensuite avoir le courage de le dire, il faut enfin l’énergie de le faire » Clémenceau.

C’est ici que débute le coaching « savoir ce que l’on veut » pour se fixer des objectifs, phase préliminaire à toute séance de coaching. « avoir le courage de le dire », c’est grâce au lien de confiance qui est créé au sein du binôme coach/coaché que les choses se disent et s’élaborent dans un espace sécurisé, bienveillant, en toute confidentialité et sans jugement. « l’énergie de le faire », le coaching fait partie du chemin, celui qui vous permet de vous réaliser car vous accédez au questionnement. L’énergie est en vous, elle ne demande qu’à éclore, elle prend notamment racine dans ce questionnement qui guide pas à pas vos propres décisions et actions. 

« N’importe quel type intelligent peut faire les choses plus grandes et plus compliquées, il faut du génie et beaucoup de courage pour aller dans la direction opposée » Albert Einstein.

Pour commencer un coaching, il faut du courage, celui de questionner, celui de se remettre en question, celui d’accepter potentiellement voir les choses différemment et d’explorer la « direction opposée » pour la choisir ou l’éliminer ou pour en prendre quelques éléments pour nourrir votre chemin. Pour la considérer tout au moins. Le coach vous offre cet espace de réflexion et vous accompagne dans vos pensées par son écoute active. 

« Les grandes réalisations sont toujours précédées par de grandes pensées » Steve Jobs.

« Les grandes réalisations » ce sont vos rêves, vos ambitions, ce sont les objectifs que vous vous êtes fixés.  Ils sont nécessairement précédés par vos « grandes pensées ». Le coaching n’est ni plus ni moins que l’accompagnement de vos « grandes pensées ». Le coach vous suit au plus près de vos pensées et de vos questionnements pour vous tendre le miroir. 

« Le futur appartient à ceux qui voient les possibilités avant qu’elles ne deviennent évidentes » Jack Welch.

Tout être a des possibilités. Les percevoir « évidentes » est une force dont tous ne dispose pas avant d’entamer un travail sur soi. Le travail du coach, par son état d’esprit résolument positif, tout en restant lucide et pragmatique, par sa croyance que le coaché dispose de toutes les ressources et solutions pour se développer, par ses attitudes et comportements non jugeants, laisse toute la place à un espace de développement de ses possibilités qui deviennent « évidentes » par le travail en séance et inter- séance. 

« Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut-être. Croyez en vous et ils se réaliseront sûrement » Martin Luther King

Faire le pas d’entreprendre un coaching est un des éléments de preuve que vous « croyez en vous », que vous croyez en votre potentiel de changement. Qu’est ce que le coaching si ce n’est  l’accompagnement de la conduite du changement ? Vous pensez ne pas croire suffisamment en vous ? La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible, avec une attitude positive et de bons outils, d’améliorer sa confiance en soi de manière significative. 

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité. Un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté » Winston Churchill

Par son regard et son questionnement, le coach vous offre une vision différente de la vôtre et vous invite à considérer des options, des alternatives, à bâtir des hypothèses permettant de porter un nouveau regard sur de potentielles opportunités ou difficultés évoquées en séance. Le travail vous permet d’en tirer profit pour construire et bouger intérieurement. 

« Certaines personnes voient les choses comme elles sont et se demandent : pourquoi ? Moi, je vois les choses comme elles pourraient être et je me dis : pourquoi pas ? » John Fitzgerald Kennedy 

Il est ici également question de regard, de voir différemment, de penser autrement. Se poser la question du « pourquoi pas? » n’est pas naturel pour tous. Cette question n’est pas invitée dans tous les sujets de la vie et pourtant, se la poser plus souvent pourrait ouvrir de nouvelles voies de réflexion. Cela fait partie du travail en séance avec le coach. 

« Imposer sa volonté aux autres, c’est force. Se l’imposer à soi-même, c’est force supérieure » Lao Tseu

Il est question de bien vouloir se rappeler que la vie que vous menez est le résultat de vos pensées et de vos actes. Vous en êtes responsables. Pour agir autrement, il faut changer vos pensées, les faire évoluer. Vous êtes responsables de la façon dont vous choisissez d’interpréter ce que vous voyez et entendez. Il ne tient qu’à vous de faire bouger les lignes. La force de votre volonté est à mettre en lien avec votre épaisseur du désir pour débuter un coaching. 

« Tenez vous à l’écart des gens qui freinent vos ambitions. Les petits esprits font toujours cela. Les plus grands esprits seuls vous font sentir que vous aussi, pouvez devenir grand » Mark Twain

La jalousie, la médisance, la dévalorisation… autant d’attitudes dont vous avez certainement déjà fait les frais un jour dans votre vie. Souvenez-vous de ce que vous avez ressenti ce jour là, ce que cela a généré en vous, détruit peut-être. Et demandez-vous, si vous aspirez à revivre ce jour là. Ceux qui agissent ainsi sont des personnes qui n’ont pas entamé de travail sur eux, ou alors pas de qualité. Certaines zones de leur ombre n’ont pas été étudiées. Le coach vous encouragera à travailler sur votre environnement pour qu’il soit le plus favorable possible à votre développement. Pour que vous puissiez « devenir grand », à la hauteur de vos attentes. 

« Aucun homme n’a jamais atteint l’excellence dans son métier, sans passer par la route lente et douloureuse du travail, de l’effort et du courage » Confucius 

On l’a déjà dit, entamer un travail sur soi via le coaching ou autre pratique de développement personnel comme la thérapie, demande du « courage ». C’est un « effort » de soulever le capot pour voir ce qui dysfonctionne. « La route du travail est lente et douloureuse » car on ne fait pas de coaching en situation d’urgence. La réponse n’est pas immédiate. Pour l’atteindre, pour la voir le plus clairement possible, le travail est nécessaire. Le temps doit s’écouler et faire son oeuvre, en séance et inter-séance. 

Merci à tous ces grands auteurs et philosophes pour leur contribution à la réflexion sur l’humanité. Je nourris la croyance que l’humain est la solution, que c’est notamment par son action de travailler sur lui que le monde va changer et évoluer dans le bon sens. 

Menu